terça-feira, 6 de agosto de 2013

La Mort Habitent



La Mort Habitent

Longs chemins dans l'ombre de Tennessee
risques avec amertume au paradis
vivant à mort depuis que je suis né
Les jours passent les nuits de votre sourire

sur les lèvres pendant des heures
lignes de sang sur notre chemin
Afflux de sang dans la rivière
Mon sanctuaire dans leur nid

l'obscurité à la vie
le fléau de la star roi
leur chair mâchée départ
la nuit avec votre toast de sang

enterré dans le bruit de sifflement
chevaux en terrain clair obscène
Tuez les baisers de serpent enregistrés
son corps en peluche dans mon poison.

Arthur net
01/09/2011

Nenhum comentário:

Postar um comentário